La DMLA, une maladie évolutive liée à l’âge

Vous avez plus de 50 ans et vous avez des difficultés à percevoir les détails, ressentez une déformation des lignes droites, avez l’impression de manquer de lumière pour lire ou écrire ou voyez apparaître une tâche sombre devant l’œil qui vous empêche de distinguer des éléments. Tous ces symptômes peuvent être les premiers signes de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA). La DMLA est la première cause de malvoyance chez les sujets âgés et elle augmente avec l’âge : près de 1 personne sur 3 après 75 ans et 1 personne sur 2 à partir de 80 ans seraient concernées par cette maladie. Et, en France, près d’1 million de personnes seraient atteintes de DMLA à des degrés divers. Dans cet article, votre pharmacien vous apporte des 1ères informations pour mieux comprendre cette maladie. Vous souhaitez des précisions, n’hésitez pas à venir échanger avec nous au comptoir !

Mieux comprendre la DMLA :

La DMLA affecte le centre de la rétine appelée macula entraînant une perte progressive de la vision. Cette maladie peut rester longtemps sans symptômes. Parfois, elle pourra se manifester par une baisse de la vue, une tache noire troublant le champ visuel ou encore par une sensation de déformation des objets. Il faudra alors consulter rapidement.

L’âge (après 55 ans) et le tabagisme sont les deux facteurs de risque principaux de la DMLA. Une étude a montré l’augmentation de la fréquence de cette maladie chez les fumeurs ; ce risque persiste jusqu’à 20 ans après l’arrêt du tabac. Les sujets fumant plus de 20 cigarettes par jour ont un risque de DMLA multiplié par 2,5. Cependant, des personnes n’ayant jamais fumé de leur vie peuvent être atteintes de DMLA. D’autres facteurs de risque tels que l’hérédité, l’exposition à la lumière, la couleur des yeux, l’hypertension artérielle, l’obésité ont été évoqués, mais à l’heure actuelle, ils ne sont pas confirmés. Des facteurs génétiques pourraient aussi intervenir.

Des traitements pour limiter l’évolution de la DMLA

Le diagnostic à un stade précoce permet une prise en charge rapide de la maladie. Il est essentiel pour toutes formes de DMLA et est généralement réalisé au court d’un examen de fond d’œil ou d’un examen de dépistage.
Quel que soit le stade de la maladie, l’objectif des recommandations et/ou traitements sera de limiter l’évolution vers une forme plus sévère et de conserver une vision efficace :
• Au stade précoce, il n’y pas de traitement médicamenteux recommandé. Il sera conseillé au patient de suivre des règles hygiéno-diététiques (alimentation riche en fruit et légumes verts, poisson gras, arrêt du tabac) et un suivi ophtalmologique régulier.
• Au stade intermédiaire, une complémentation à fortes doses d’antioxydants (vitamines C et E, caroténoïdes) ou de zinc permettra de réduire le risque d’évolution vers un stade avancé.
• A un stade avancé, le traitement dépendra de la forme clinique de la maladie. Un traitement à l’aide de médicaments ciblant la formation des petits vaisseaux nommés antiangiogéniques pourra être proposé (ex : ranibizumab Lucentis® ou aflibercept Eylea®) en injection dans l’œil. Des techniques appelées photocoagulation ou thérapie photodynamique pourront aussi être évoquées.

Après 40 ans, il est nécessaire de suivre un examen ophtalmologique de dépistage tous les 2 à 4 ans et tous les 1 à 2 ans après 65 ans.

Pour plus d’informations sur la DMLA : www.dmlainfo.fr
Sources : Vidal Recos 2012, 4eme édition ; Le moniteur des pharmacies, janvier 2015